Rechercher dans ce blog

Chargement...

jeudi 30 juin 2016

Objectif : OTAN-exit

Tandis que l'attention politico-médiatique est concentrée sur le Brexit et sur d'autres possibles détachements de l'UE, l'Otan, dans l'inattention générale, accroît sa présence et son influence en Europe. Le secrétaire général Stoltenberg, ayant pris acte que « le peuple britannique a décidé de quitter l'Union européenne », assure que « le Royaume Uni continuera à jouer son rôle dirigeant dans l'Otan ». Il souligne ainsi que, devant la croissante instabilité et incertitude, « l'Otan est plus importante que jamais en tant que base de la coopération entre les alliés européens et entre l'Europe et l'Amérique du Nord ». 

© Google
Militaires de l'OTAN
Au moment où l'UE se fissure et perd des morceaux, par la rébellion de vastes secteurs populaires détériorés par les politiques « communautaires » et sous l'effet de ses propres rivalités internes, l'Otan se pose, de façon plus explicite que jamais, comme base d'union entre les Etats européens. Ceux-ci se trouvent de cette manière attelés et encore plus subordonnés aux Etats-Unis d'Amérique, lesquels renforcent leur leadership dans cette alliance. 




Le Sommet Otan des chefs d'Etat et de gouvernement, qui se tiendra les 8-9 juillet à Varsovie, a été préparé par une rencontre (13-14 juin) entre les ministres de la défense, élargi à l'Ukraine qui ne fait pourtant pas partie officiellement de l'Otan. Dans la rencontre il a été décidé d'accroître la « présence avancée » en Europe orientale, au bord de la Russie, en déployant par rotation quatre bataillons multinationaux dans les Etats baltes et en Pologne. Ce déploiement peut être rapidement renforcé, comme l'a démontré un exercice de la « Force de pointe » durant laquelle un millier de soldats et 400 véhicules militaires ont été transférés en quatre jours de l'Espagne à la Pologne. Pour le même objectif il a été décidé d'accroître la présence navale Otan dans la Baltique et en Mer Noire, aux limites des eaux territoriales russes. En même temps l'Otan projettera davantage de forces militaires, y compris des avions radar Awacs, en Méditerranée, au Moyen-Orient et en Afrique. 

Dans la même réunion, les ministres de la défense se sont engagés à augmenter en 2016 de plus de 3 milliards de dollars la dépense militaire Otan (qui, pour les seuls budgets de la défense, se monte à plus de la moitié de celle mondiale), et à continuer à l'accroître dans les prochaines années. Voici les préliminaires de l'imminent Sommet de Varsovie, qui se donne trois objectifs clé :

  • « renforcer la dissuasion » (c'est-à-dire les forces nucléaires Otan en Europe) ;
  • « projeter de la stabilité au-delà des frontières de l'Alliance » (c'est-à-dire projeter des forces militaires au Moyen-Orient, Afrique et Asie, y compris au-delà de l'Afghanistan) ;
  • «élargir la coopération avec l'Ue » (c'est-à-dire intégrer encore plus les forces européennes dans l'Otan sous commandement USA).
La crise de l'UE, émergée avec le Brexit, facilite le projet de Washington : amener l'Otan à un niveau supérieur, en créant un bloc militaire, politique et économique (à travers le TTIP) USA-UE, toujours sous commandement étasunien, opposé à l'aire eurasiatique en ascension, fondée sur l'alliance Russie-Chine. Dans ce cadre, l'affirmation du premier ministre Renzi au forum de Saint Petersburg, « le mot guerre froide est hors de l'histoire et de la réalité, que l'UE et la Russie redeviennent d'excellents voisins », est tragiquement grotesque. 

L'enterrement du gazoduc South Stream Russie-Italie et les sanctions contre la Russie, tous deux sur ordre de Washington, ont déjà fait perdre à l'Italie des milliards d'euros. Et les nouveaux contrats signés à Saint Petersburg peuvent sauter à tout moment sur le terrain miné de l'escalade Otan contre la Russie. A laquelle participe le gouvernement Renzi qui, alors qu'il déclare la guerre froide hors de la réalité, collabore au déploiement en Italie des nouvelles bombes nucléaires étasuniennes pour l'attaque contre la Russie.


Source trouver:
Sott

mardi 28 juin 2016

La Californie sera le premier État à obliger la vaccination pour les adultes, déjà obligatoire pour les enfants avant d'entrer à la garderie, sous peine de sanctions pénales pour ceux qui refuseront


À compter du 1er septembre 2016, une personne ne pourra pas être employé dans une maison familiale de soins de jour ou dans une garderie si elle n'a pas été vaccinée contre la grippe, la coqueluche et la rougeole. Elle devra fournir ses preuves de vaccination qui seront conservées dans son dossier d'employé. Un employé devra recevoir une vaccination contre la grippe entre le 1er août et le 1er décembre de chaque année. 

Ce projet de loi vise à éliminer toute autonomie médicale, toute liberté religieuse et porte atteinte aux libertés personnelles. Les écoles, collèges et tous les milieux de travail seront les prochains lieux où la vaccination sera obligatoire jusqu'à une vaccination obligatoire pour tous les citoyens.

Source:

Source trouver:

jeudi 23 juin 2016

Des géologues américains sont persuadés que les Etats-Unis subiront dans les dix prochains jours un séisme de 9,3 sur l'échelle de Richter... N'auraient-ils pas vu trop de films hollywoodiens?

Statue de la Liberté

Si les Etats-Unis vivent dix séismes en dix jours, ce qui les attend ensuite, c'est un séisme de magnitude 9,3. Un tel séisme est capable de provoquer un tsunami destructeur sur la côte ouest du continent, expliquent des experts.

La Californie a connu, le long de la faille de San Andreas, dix séismes de magnitude moyenne au cours des dix derniers jours, soit un séisme par jour. Il s'agit de séismes de magnitude 3,6.

De telles secousses se faisaient sentir de Santa Barbara jusqu'à la frontière mexicaine. Toutes les secousses ont eu lieu dans la même région, d'où la crainte des scientifiques d'une suite catastrophique, précise Express. Concrètement, ils craignent un séisme de 9,3 sur l'échelle de Richter.

Les services d'urgence se préparent déjà à faire face à ce séisme qui serait le plus fort dans la zone de la subduction de Cascadia (la subduction est le processus par lequel une plaque tectonique océanique s'incurve et plonge sous une autre plaque avant de s'enfoncer dans le manteau terrestre). Après avoir frappé cette zone, les secousses se dirigeront provisoirement au nord, le long de la côte ouest des Etats-Unis.

A la suite des séismes de ces derniers temps, les scientifiques du service géologique américain ont rendu publics les résultats d'une étude qui se base sur des simulations informatiques. Selon l'étude, la faille de San Andreas pourrait provoquer des secousses de magnitude 8,3. Et cela inquiète désormais fortement les Américains, ce qui est compréhensible vu que le séisme de 1906 avait presque détruit la ville de San Francisco… Et à l'époque, il s'agissait seulement d'une magnitude 7,9.

Le modèle des scientifiques a permis de déterminer les zones de Cascadia suscitant les plus graves inquiétudes. La zone qui court le principal risque s'étend sur une centaine de kilomètres le long de la côte Pacifique, de la Californie du Nord à l'île de Vancouver.

Ainsi, Portland, Seattle et Vancouver se trouvent dans la zone où agira le tsunami géant prédit par les géologues, un tsunami capable de détruire les grands objets d'infrastructure et de provoquer la mort de millions de personnes.

Pour illustrer l'ampleur de la catastrophe prévue, les scientifiques rappellent le séisme qui a secoué le Japon en 2011. A l'époque, des milliers de personnes ont trouvé la mort dans les secousses, la plupart des immeubles et des villes ont été détruits et inondés, et 11 centrales électriques ont subi des pannes, le plus grand accident survenant dans la centrale nucléaire de Fukushima.

Et voilà que le service géologique des Etats-Unis semble avoir toutes les raisons de s'attendre à un séisme de magnitude 9,3 qui provoquera une vague encore plus destructrice…

Source trouver: